• ROBERT COMBAS VEROVERT KNOKKE

    combastattoo

     

    Na het grote succes in Parijs (Art Paris), Saint-Paul, Strasbourg, Amstelveen en Amsterdam wil Robert Combas Knokke inpalmen met zijn 'Tatouages Académiques'. Van 28 oktober tot 30 November legt de Franse kunstenaar beslag op de zalen van de Guy Pieters Gallery, Kustlaan 279, Knokke-Zoute.

    Hoe hij tot die academische tekeningen en schilderijen gekomen is, legt hij uit in onderstaande bewoordingen:

     

    <Les  « Tatouages académiques » :  j’ai utilisé une nouvelle technique, il y a une dizaine d’années, ma première exposition était en Suisse en 1994. J’avais alors collecté des dessins anciens que l’on appelle  « académiques », des dessins techniques que je trouvais dans les brocantes.

    Au départ, je recherchais  des dessins représentant des bustes, ensuite des personnages de plain-pied puis de trois quarts et après des études d’architecture. J’ai redessiné sur ces dessins anonymes d’étudiants des Beaux Arts, ces papiers représentent pour la plupart des personnalités historiques, scientifiques, littéraires, des sculpteurs célèbres ou bien 

    des personnages imposés par l‘apprentissage au dessin et à la sculpture classiques.

    C’était comme un jeu, j’aimais tatouer ces figures académiques de mon trait et alors des représentations inventées, fantasmées ont surgi et changé la vision de l’image académique qui n’était plus qu’un support.

    C’est en faisant beaucoup de dessins d’un jet brut sur ces dessins académiques que j’ai trouvé intéressant de faire figurer ensemble sur  le papier l’aspect primitif (qui est aussi moderne) au classicisme de l’art européen. C’est une réflexion sur la représentation, une espèce de discours …

    Quand j’ai commencé ce travail, il y a 12 ans, les tatouages sur  les gens revenaient. C’est d’ailleurs devenu aujourd’hui une mode. Des scarifications étaient pratiquées dans certaines tribus modernes, des gangs, des clans. Le résultat est différent, mais, de cette manière différente, le rapport avec cet art là, vivant, me semble intéressant.

    Puis les « tatouages académiques » de cette exposition à Knokke et celle que nous avons montrée avec Guy Pieters à Art Paris en mars 2006 se sont complexifiés. Un jour, j’ai collé les dessins sur la toile, je les ai entourés en dessinant un cadre, j’ai peint un fond assez important en utilisant une peinture  à reflets métalliques et de couleurs vives. Avec cette peinture métallisée, j’ai fait deux aplats : un pour le cadre, un pour le fond rehaussé d’une peinture mate. Les effets de la brillance du fond et la peinture mate dessinée donnent un ensemble qui joue avec les variations de la lumière. Les dessins des personnages en noir et blanc ont évolué aussi, je leur donne un effet sculptural en ajoutant sur leurs têtes des coiffures également à bases de dessins académiques. C’est ainsi que le tatouage académique qui n’était qu’un dessin devient une véritable peinture sur toile avec de nombreux collages et jeux de lumière et couleurs.>

    Robert Combas, octobre 2006

     

    Vernissage op 28 oktober van 16 tot 20 uur.

    Tentoonstelling tot 30/11, dagelijks van donderdag tot en met maandag van 11 tot 18 uur. Info: 050 61 28 00 of 09 282 82 84